LCC 2017 Round 5 NOGARO: Le Résumé

 

        

 

LEGENDS CARS CUP, MANCHE 5, NOGARO

 

 

EN COURSE

 

La bonne « opé » de Frédéric Morel

 

 Au sortir d’une longue parenthèse estivale, l’Historic Tour de Nogaro sonne le rappel pour les animateurs de la Legends Cars Cup. En ce haut lieu du sport automobile national, l’organisation joue à domicile et bon nombre de pilotes peuvent partager ce sentiment, tant ils connaissent les moindres secrets du circuit Paul Armagnac. Bref, en ce meeting de reprise, tout est réuni pour vivre une passionnante nouvelle séquence de la « Cup ».

 

 

 

                                                             


Le vendredi après-midi, la traditionnelle double séance d’essais qualificatifs de 20 mn donne le ton. Avec les six meilleurs des 26 pilotes réunis en 6/10 de seconde, la prévision se confirme : les places seront chèrement disputées sur le bitume gersois !

En digne leader du classement général, Frédéric Morel claque immédiatement le chrono de référence. Malgré ses efforts pour inverser l’ordre des temps, Antoine Morisset lui rend 175/1000, tandis que suivent à quelques autres fractions de secondes, le presque local Arnaud Jacob, Geoffrey Sabatier, Thibaut Chiron et le meilleur des Belges, Claude Watteyne. Sur le champ, la hiérarchie ne varie guère lors de la seconde séance. Plus en retrait, Frédéric Morel y abandonne cette fois la pole à Antoine Morisset.

 

Essais qualifs pilotes A : 1.Morel; 2.Morisset; 3.Jacob, etc.

Essais qualifs pilotes B : 1.Morisset; 2.Morel; 3.Sabatier, etc.

 

 

 

COURSE SPRINT 1 : MORISSET SEUL AU MONDE

 

Samedi en fin de matinée, la piste est encore partiellement humide à l’instant où débute la première course sprint. Frédéric Morel conserve l’avantage de sa pole pour boucler le premier tour en tête, mais Antoine Morisset ne tarde pas à lui brûler la politesse. Dès le deuxième tour, le pilote de Jurançon prend la course à son compte et creuse irrémédiablement l’écart sur cette piste à l’adhérence changeante, où les tête-à-queue se multiplient. A mi-course, alors que la pluie réapparait, la victoire lui est déjà promise, tandis que Geoffrey Sabatier et Frédéric Morel tentent de limiter les dégâts et de résister à deux pilotes en pleine remontée. Claude Watteyne d’abord, qui s’empare bientôt de la deuxième place, Théo Bourgogne ensuite, qui profite des derniers tours pour éjecter Frédéric Morel du podium. Parti 12ème, le Parisien peut être fier de sa fulgurante progression ! « La piste humide m’a aidé à remonter aussi rapidement, j’ai l’habitude de ces conditions. J’aurai certainement pu m’attaquer à Claude Watteyne en fin de course, mais j’ai préféré sécuriser mon podium », confesse Théo. 

Le Belge termine cinq petites secondes devant, après avoir une nouvelle fois démontré son aisance dans ces conditions de course. « Les premières gouttes m’ont tout de même un peu surpris. Il fallait vraiment savoir où mettre ses roues… », tempère l’intéressé. 

Quant à Antoine Morisset, c’est par KO qu’il remporte ce premier round après avoir compté jusqu’à 18 secondes d’avance sur son plus proche poursuivant ! « Une fois en tête, j’ai vraiment forcé pour faire le trou. Puis, avec l’apparition de la pluie, je me suis efforcé d’assurer ma fin de course. Je me doutais que ça revenait fort derrière », relate Antoine, tout de même vainqueur avec plus de 14 secondes d’avance. Un gouffre ! 

Frédéric Morel se contente finalement de la 4ème place, devant Bruno Destoop et Geoffrey Sabatier. Un moment pointé dans le quatuor de tête, Thibaut Chiron finit 9ème pour être parti à la faute comme tant d’autres de ses camarades.

 Le podium : 1.Morisset; 2.Watteyne; 3.Bourgogne, etc. 

 

 

 

COURSE SPRINT 2 : MOREL RESSUCITE

 

En fin de journée, les conditions météo s’annoncent plus clémentes au départ de la course 2. Paradoxalement, c’est par des accrochages en cascade et l’apparition immédiate de la voiture de sécurité que débute cette deuxième manche. Principale victime de ce premier tour mouvementé, Antoine Morisset passe ainsi du meilleur au pire.

Après la neutralisation de ses douze premières minutes, c’est une course largement écourtée qui repart avec un Arnaud Jacob éphémère leader, que Frédéric Morel va rapidement dépasser pour s’envoler vers la victoire. « Cette manœuvre effectuée, j’ai réussi à creuser un petit écart en étant autrement plus à l’aise que le matin », explique-t-il à l’arrivée, avant de confesser… « J’ai vraiment un problème de compréhension de l’auto sur le mouillé ».

Derrière un Morel retrouvé, la bataille fait rage jusqu’à l’arrivée. Parfaitement dans le coup, Arnaud Jacob et Guillaume Patze doivent toutefois s’incliner face à Thibaut Chiron et Jérôme Plantier. L’avant-veille de son vingtième anniversaire, le premier savoure sa « perf » : « Au restart, je suis quatre. Puis en bagarre avec Patze et Jacob, j’ai réussi à les doubler. Enfin, je passe Jérôme Plantier juste sur la ligne d’arrivée ».

Battu d’un souffle (5/1000 de seconde !), ce dernier n’en décroche pas moins son premier podium en Legends Cars Cup, où il officie épisodiquement, quand son programme parallèle en Autocross le lui permet.

Parti 19ème, Thomas Fedelique conclut une superbe remontée à la 6ème place, une seconde devant Frédéric Depresle, qui avait inauguré la liste des abandons le matin, ce qui lui vaudra de recevoir le Motul Award du jour.

Le podium : 1.Morel; 2.Chiron; 3.Plantier, etc.

 

 

 

ENDURANCE : CHIRON INSISTE

 

Dimanche, l’endurance démarre « à la fraiche » et voit un Frédéric Morel bien réveillé se porter immédiatement au commandement. Jérôme Plantier et Thibaut Chiron pointés dans cet ordre au premier passage, échangent aussitôt leurs positions et s’installent durablement dans le sillage du leader. Passé les huit premières boucles, alors que s’ouvre la fenêtre des arrêts aux stands, les trois hommes évoluent toujours roues dans roues. Le reste du peloton est déjà  décroché. Guillaume Patze, en pleine lutte avec Geoffrey Sabatier, Arnaud Jacob et David De Saeger, est à plus de onze secondes.Trahi par sa mécanique, il sera contraint, un peu plus tard, à l’abandon et ne verra malheureusement pas l’arrivée, alors qu’il avait réussi à s’emparer de la 3ème place.

Toujours leader après la séquence des passages aux box, Frédéric Morel poursuit son effort jusqu’au bout, mais sans réussir à décramponner Thibaut Chiron, qui s’incline pour seulement 139/1000 au terme des quarante minutes de course. « Les p’tits jeunes m’ont mis la pression jusqu’au bout, mais c’est resté clean », se félicite le vainqueur, conforté du même coup dans sa position de leader de la « Cup ».

« J’ai suivi Fred du début à la fin en essayant de le passer… en vain ! », reconnait son jeune dauphin, Thibaut Chiron. 

Décroché en fin de course, Jérôme Plantier complète le dernier podium du week-end. Suivent beaucoup plus loin, Geoffrey Sabatier, Arnaud Jacob et Théo Bourgogne.

Le podium : 1.Morel ; 2.Chiron; 3.Plantier, etc.

 

 

EN BREF

 

JULIEN FEBREAU AVEC BRIO. Invité par le team GTRO à se joindre au peloton de la LCC, Julien Fébreau y a ainsi vécu sa deuxième expérience après le GP de Pau historique de l’an passé. Pilote confirmé, le journaliste F1 de Canal+ n’a guère été chanceux en courses sprint, avant de se rattraper dans l’endurance. Parti en fond de grille, il s’y est illustré en remontant jusqu’au 9ème rang. « Qu’on la pilote à 60 ou à 100%, la Legend Car est une auto très réactive, très vivante, avec laquelle on prend toujours beaucoup de plaisir », souligne le spécialiste de la F1, «En cela, c’est  une parfaite voiture école ».

 

MOREL CONSOLIDE. Meilleur performer sur l’ensemble du week-end, comme cela avait déjà été le cas à Charade, Frédéric Morel conforte sa position de leader au classement général. Avant les ultimes manches du Val de Vienne et de Magny-Cours, il mène la danse devant Théo Bourgogne, Claude Watteyne, David De Saeger et Thibaut Chiron.

 

 

 

Partenaires


© Copyright 2015 LegendsCarsCup. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.


visit us