LCC 2017 Round 4 Charade : Le Résumé

       

 

LEGENDS CARS CUP, MANCHE 4, CHARADE

 

EN COURSE

 

Frédéric Morel comme à la maison

 


 A peine le temps de souffler au sortir des réjouissances paloises et la Legends Cars Cup honore déjà son quatrième rendez-vous de la saison. Et quel rendez-vous ! En ce chaud week-end de juin, il s’agit ce coup-ci de se mesurer au circuit de Charade, à ses 3,975 kms de montagnes russes dignes d’un mini Nürburgring. 

 

 

 

             

 

Dans la foulée de Pau Ville, les pilotes de la « Cup » ne seront pas tout à fait dépaysés : en ce lieu chargé d’histoire, ils auront encore à trouver le juste équilibre sur un tracé terriblement exigeant où tout excès d’optimisme est proscrit.

24 autos sont réunies pour cette manche auvergnate, dont l’une pilotée par Pol Bertrand, de retour derrière le volant. Pour la petite histoire, le Montpelliérain connait les lieux de longue date : en 2004, il y avait remporté la première course de Legends Cars jamais organisée en France !

Un autre homme y est également en pays de connaissance… et même carrément chez lui. Frédéric Morel a son activité professionnelle à Charade, à un jet de pierre du circuit. Et ça se voit ! Dès la première séance qualificative, notre autochtone place la barre très haut, reléguant Antoine Morisset à 4/10 et Pol Bertrand à 6/10. Sans parvenir à améliorer son chrono, il récidive aussitôt dans la deuxième séance, marquée par le retour aux premières loges de Mathieu Detry, contrarié par des soucis de freins dans la première séance. Pour quelques centièmes de secondes, le jeune Belge s’intercale entre Frédéric Morel et Pol Bertrand.

Victimes d’un bris de transmission sur leur N°1, David De Saeger et Maxime Lieutenant sont les grands perdants de cet acte 1. Faute d’avoir pris part aux « qualifs », ils s’élanceront l’un et l’autre du fond de grille dans leurs courses sprint respectives.

 

 

Essais qualifs pilotes A : 1Morel; 2.Morisset; 3.Bertrand, etc.

Essais qualifs pilotes B : 1.Morel; 2.Detry; 3.Bertrand, etc.

 

 

COURSE 1 : Morel a le moral...

 

On passe aux choses sérieuses dès le lendemain lors du premier sprint, programmé le samedi en fin de matinée. Et, sans attendre, c’est bien Frédéric Morel qui boucle le premier tour en tête devant Pol Bertrand, Sosthène Rousseau, Antoine Morisset et un Mathieu Detry pressé de revenir au contact des meilleurs. Dès le tour suivant, il gagne deux places, alors qu’un accrochage entre André Patze et Philippe Maurin oblige la direction de course à envoyer le Safety Car en piste.

La course relancée, Mathieu Detry prend immédiatement l’ascendant sur Pol Bertrand et tente en vain de rester dans le sillage immédiat de Frédéric Morel. A deux tours de l’arrivée, de chasseur il devient chassé, en l’occurrence par Claude Watteyne, qui s’est successivement débarrassé de Pol Bertrand et d’Antoine Morisset. Le Belge finit par obtenir cette deuxième place qu’il convoitait, mais en ayant « oublié » le drapeau jaune qui s’agitait du bord de la piste. Cela lui vaut 30 secondes de pénalisation et un rejet dans les profondeurs du classement…

Impérial, Frédéric Morel l’emporte donc devant Mathieu Detry, Antoine Morisset, Pol Bertrand, Sosthène Rousseau et Sébastien Grippon. Auteur d’une jolie remontée, David De Saeger accède à la septième place, juste devant un autre local de l’étape : Jean-Claude Pommier.

« Tout se passe bien, je me sens très à l’aise. Rouler chez soi, cela donne des ailes ! », résume le vainqueur.

 

 Le podium : 1.Morel; 2.Detry; 3.Morisset, etc.

 

 

COURSE 2 : Viricel en selle !

 

Quatre petites heures plus tard, Frédéric Morel profite à nouveau de sa position de « poleman » pour s’élancer en tête de la seconde course sprint. Et une nouvelle fois, Mathieu Detry s’emploie à garder le contact avec notre terrible Auvergnat durant les premiers tours, tout en surveillant dans ses rétros un Maxime Viricel très entreprenant au volant de l’auto que pilotait Christophe Michaud en course 1.

A trois tours de l’arrivée, le trio est toujours pointé dans cet ordre, tandis qu’à plus de sept secondes, suit un autre groupe composé de Claude Watteyne, Théo Bourgogne, Antoine Morisset et Sosthène Rousseau.

Au tour suivant, Maxime Viricel s’empare de la deuxième place au prix d’un dépassement « viril » sur Mathieu Detry, qui n’aura pas le temps de reprendre son bien, ou du moins d’essayer. Au tour suivant, la course est écourtée par un drapeau rouge, qui fige définitivement cette hiérarchie.

« Je parvenais à tenir le rythme de Mathieu, puis j’ai profité d’une petite erreur de sa part pour le passer », explique un Maxime Viricel ravi de sa deuxième place. Et dire que le pilote de l’Ain ne connaissait encore rien du circuit de Charade avant d’entamer les essais du vendredi !

Pour se rattraper de sa « faute » de la course 1, Claude Watteyne empoche une bonne quatrième place, sept petits dixièmes devant Théo Bourgogne, tandis qu’Antoine Morisset complète le top 6.

Pour Pol Bertrand et Maxime Lieutenant, respectivement trahis par un problème de freins et de moteur, le bilan est nettement moins réjouissant.

 

Le podium : 1.Morel; 2.Viricel; 3.Detry, etc.

 

 

ENDURANCE : MORISSET S'Y ESSAIE

 

Dimanche, arrive enfin l’heure de la grande messe ; celle des 40 mn d’endurance. Et comme toujours, c’est à Frédéric Morel que revient le privilège d’en mener les débats dès les premiers tours. En grande forme, Sosthène Rousseau limite la casse derrière lui, tandis qu’après s’être élancé dans le trio de tête, Mathieu Detry quitte prématurément la course par la faute de coupures moteur. Suite à un contact avec Claude Watteyne, Christophe Michaud, connait la même désillusion, privant ainsi Maxime Viricel du plaisir de le relayer au volant.

Premier à bénéficier de son retrait, Antoine Morisset s’installe durablement à la troisième place et atteint le cap de l’ouverture de la fenêtre des arrêts aux stands avec deux secondes de retard sur Sosthène Rousseau et cinq sur Frédéric Morel. Suivent alors Théo Bourgogne, Pol Bertrand, bientôt victime d’une sévère sortie de piste après avoir perdu l’usage de ses freins, Samy Dilmi et Maxime Sonntag.

L’ensemble des arrêts effectué, la course reprend son cours normal. Avec plus de cinq secondes d’avance sur Sosthène Rousseau, Frédéric Morel peut voir venir… De fait, c’est du côté de ses suivants immédiats que la fin de course s’animera. Revenu au contact, Antoine Morisset porte une attaque gagnante sur Sosthène Rousseau à trois tours du damier. « Après avoir perdu du temps au départ dans un petit accrochage avec Mathieu Detry, j’ai pu continuer sur un bon rythme et réussir ce dépassement sur Sosthène. Je suis heureux de finir le week-end sur cette bonne note », analyse l’ami Morisset. « J’ai pris un bon départ, bien géré l’arrêt aux stands, mais j’ai terminé la course avec les pneus « en feu ». Il n’y avait rien à faire pour sauver ma deuxième place… », rétorque son rival malheureux, Sosthène Rousseau.

A plus de vingt secondes du trio de tête, Théo Bourgogne prend la quatrième place en solitaire, précédant lui-même Samy Dilmi, Maxime Sonntag, Thibaut Chiron, Armand Degrenne et le reste du peloton.

 

Le podium : 1.Morel, 2.Morisset, 3.Rousseu.

  

 

EN BREF

 

FREDERIC MOREL PREND LA MAIN. Charade n’était pas à l’heure belge. Pour y avoir cruellement manqué de réussite, Claude Watteyne et David De Saeger abandonnent les deux premières places du classement général à Frédéric Morel et Théo Bourgogne.

PAUSE ESTIVALE. Tradition oblige, la LCC fera relâche en juillet/août. L’heure de la rentrée sonnera à Nogaro à partir du 8 septembre.

 

 

 

 

Crédit photo: Dimislava Todorova

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

        

 

Partenaires


© Copyright 2015 LegendsCarsCup. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.


visit us