LCC 2017 Round 2 DIJON: Le Résumé

        

 

LEGENDS CARS CUP, MANCHE 2, DIJON

 

EN COURSE

 

Mathieu Detry en démonstration

 


 Du circuit Paul Ricard à celui de Dijon Prenois, la Legends Cars Cup change de décors et de météo. Aux douceurs provençales, succède un sérieux coup de froid, qui n’est heureusement pas de nature à calmer les ardeurs de ses pilotes. A fortiori sur ce tracé de 3,8 kms, connu et apprécié pour ses enchainements de courbes ultra rapides, où l’audace et la générosité du pilotage relèvent de valeurs cardinales.

 

 

                                                             


Le vendredi après-midi, la piste est encore sèche quand les 27 Legends Cars en prennent possession pour l’habituelle double séance de qualification de deux fois 20 mn. De retour dans la « Cup », Mathieu Detry ne met longtemps à retrouver le bon rythme. Dès son premier tour lancé, il signe un chrono (à près de 138 km/h de moyenne) que personne ne parviendra à améliorer par la suite ! Au terme de la séance, le pilote de l’Ain Maxime Viricel, qui partage l’auto de son cousin Christophe Michaud, échoue à 134/1000, suivi de Frédéric Morel et David De Saeger, les vainqueurs des deux courses sprint du Castellet. Signe prometteur quant aux batailles à venir; les neuf premiers pointent dans la même seconde !

Décidemment très en forme, Mathieu Detry améliore encore son temps dans la seconde séance, mais cette fois sans le même résultat. Sorti du bois, Antoine Morisset le prive d’une nouvelle pole, tandis que Bruno Chaudet et Maxime Lieutenant, sur la voiture de David De Saeger, complètent le quatuor de tête.

 

Essais qualifs pilotes A : 1Detry; 2.VIricel; 3.Morel, etc.

Essais qualifs pilotes B : 1.Morisset; 2.Detry; 3.Chaudet, etc.

 

 

COURSE SPRINT 1 : MATHIEU AUX CIEUX

 

Comme annoncé, la pluie est bien au rendez-vous quand les Legends Cars s’élancent pour leur première course le samedi en début d’après-midi. Qu’on l’apprécie ou qu’on la redoute, il faudra composer avec elle tout au long du week-end… A l’évidence, Mathieu Detry a choisi son camp. Dès l’entame des débats, le jeune Belge s’enfuit devant Frédéric Morel, Antoine Morisset et Maxime Viricel. Le cap de la mi-course franchi, les quatre hommes évoluent encore dans cet ordre avant que Frédéric Morel ne perde pied. Dans le même temps, Maxime Viricel se débarrasse d’Antoine Morisset, qui va encore rétrograder d’un rang dans le dernier tour en se faisant éjecter du podium par Théo Bourgogne. En formation serrée, suivent David De Saeger, Maxime Sonntag, Bruno Chaudet et Frédéric Morel.

En attendant, les neuf secondes d’avance de Mathieu Detry sous le drapeau à damier donnent un large aperçu de sa supériorité sur une piste détrempée… « J’adore ces conditions. Je ne suis pas Belge pour rien. J’ai de la pluie qui coule dans mes veines ! », s’en amuse le vainqueur.

 Le podium : 1.Detry; 2.Viricel; 3.Bourgogne, etc.

 

 

COURSE SPRINT 2 : DETRY ET DE DEUX !

 

Quatre heures plus tard, l’ambiance est toujours aussi humide à l’heure de lâcher les pilotes pour la course 2. et Mathieu Detry toujours aussi enclin à donner la leçon à ses petits camarades. Il s’y attelle de nouveau dès le premier tour devant Théo Bourgogne, le « poleman » Antoine Morisset et Frédéric Morel. Deux boucles plus tard, ce dernier s’offre une courte apparition à la deuxième place avant de rentrer à nouveau dans le rang. Au-delà de la mi-course, si Mathieu Detry, impérial loin devant, et Théo Bourgogne demeurent solidement installés aux deux premières places, c’est au tour de Bruno Chaudet de s’illustrer derrière eux. Remonté à la troisième position, notre homme la conservera jusqu’à l’arrivée, au nez de Frédéric Morel et d’Antoine Morisset. Parti d’une lointaine seizième place, Claude Watteyne, en proie à des soucis d’amortisseur en début de meeting, complète le top 6 devant l’Auvergnat Jean-Claude Pommier.

Le podium : 1.Detry; 2.Bourgogne; 3.Chaudet, etc.

 

 

ENDURANCE : BOURGOGNE DAUPHIN EN BOURGOGNE

 

Le dimanche après-midi, c’est une piste un peu moins détrempée qui accueille les pilotes pour 40 mn de ronde. Elle ira d’ailleurs en s’asséchant au fil des passages. Sans grande surprise, Mathieu Detry entame un nouveau festival dès le début de course et atteint le cap de l’ouverture de la fenêtre des arrêts aux stands avec une douzaine de secondes de bonus sur Maxime Viricel. Suivent alors dans l’ordre, Claude Watteyne, Théo Bourgogne et Antoine Morisset. Après avoir pris un excellent départ, Frédéric Morel a rétrogradé à la huitième place.

Très peu de temps après l’ouverture de la pit-lane, la course fait l’objet d’une longue neutralisation. Les malheureux qui ont opéré leur halte juste avant s’en trouveront forcément pénalisés. Mathieu Detry est de ceux-là. Au « restart », à dix minutes de l’arrivée, le Belge se retrouve quatrième et se lance aussitôt dans une fulgurante remontée. Une fois débarrassé de Théo Bourgogne, puis de David De Saeger, il s’attaque au leader Claude Watteyne, qu’il dépasse dans l’avant dernier tour pour aller cueillir sa troisième victoire consécutive.

Claude Watteyne et Maxime Viricel pensent un instant prendre la direction du podium, mais des pénalisations pour non-respect des lignes de course ou arrêt au stand hors de la fenêtre autorisée, les en privent. Théo Bourgogne retrouve ainsi la deuxième place qu’il occupait avant l’épisode des passages aux stands, le Charentais Thibaut Chiron complétant le tiercé gagnant. «Après mes deux autres podiums des courses sprint, le bilan du week-end est positif. C’est une saison qui débute bien pour moi », se félicite Théo, le Parisien, désormais pointé à la troisième place du championnat.

 

Le podium : 1.Detry ; 2.Bourgogne ; 3.Chiron, etc.

 

 

EN BREF

 

AVANTAGE BELGIQUE. Après les deux premières manches de la LCC, les Belges Claude Watteyne et David De Saeger se partagent les deux premières places au classement général.

RENDEZ-VOUS A PAU. La LCC retrouvera le Grand Prix de Pau historique à l’occasion de sa prochaine manche, les 27/28 mai. Un rendez-vous haut en couleurs sur ce tracé unique et impitoyable auquel tout pilote se doit d’avoir goûté un jour.

MOTUL. Pour son spectaculaire retour, Mathieu Detry a fort justement reçu le Motul Awards de l’étape.

 

 

Crédit photo: Dimislava Todorova

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Partenaires


© Copyright 2015 LegendsCarsCup. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.


visit us