LCC 2017 ROUND 1 PAUL RICARD: Le Résumé

       

 

LEGENDS CARS CUP, MANCHE 1, Le Castellet

 

EN COURSE

Claude Watteyne prend les rênes

Tout à sa splendeur, le circuit Paul Ricard offre son cadre unique aux pilotes de la Legends Cars Cup pour cette première date de l’exercice 2017. Réunis dans le cadre de l’Historic Tour du Castellet, ils s’y voient offrir le privilège de se mesurer sur le « grand » tracé de 5,8 km ; celui-là même que la Formule 1 retrouvera en 2018… Pour cette manche inaugurale, 27 Legends Cars sont prêtes à défier le chronomètre.

Selon une chronologie inchangée, leurs pilotes entament les débats le vendredi en fin de journée par une double séance d’essais qualificatifs, dont les résultats décideront de l’ordre de départ des deux courses sprint du lendemain.

 

 

 

 

 

      


Champion en titre, le jeune belge David De Saeger fait immédiatement honneur à son rang en dominant nettement la première partie de séance, au point de reléguer son suivant immédiat, Théo Bourgogne, à près d’une seconde.

Suivent deux autres fidèles de la « LCC », Claude Watteyne et Bruno Destoop. Seulement crédité du dixième temps Frédéric Morel passe la vitesse supérieure dans la seconde séance en signant cette fois la meilleure performance devant Sébastien Grippon et Théo Bourgogne. Huitième, Maxime Lieutenant a relayé David De Saeger sur la Legend Car flanquée du N°1. Bon quatrième, Antoine Morisset, transfuge de la Twin’cup, confirme qu’il faudra compter avec lui cette saison.

 

Essais qualifs pilotes A : 1.De Saeger; 2.Bourgogne; 3.Watteyne; etc

Essais qualifs pilotes B : 1.Morel; 2.Grippon; 3.Bourgogne; etc.

 

 

COURSE SPRINT 1 : DE SAEGER GERE

 

Samedi en fin de matinée, sonne l’heure du premier départ de la saison. Profitant de sa position de « poleman », David De Saeger s’élance logiquement en tête, mais dès le deuxième tour il cède trois places et permet ainsi à Claude Watteyne de s’inviter au commandement, suivi comme son ombre par Théo Bourgogne. Pour autant, le champion 2016 n’a pas dit son dernier mot.

Remontant méthodiquement ses adversaires, il reprend le pouvoir à trois tours de l’arrivée et passe sous le drapeau à damier trois petits dixièmes de seconde devant Théo Bourgogne et à peine plus devant Bruno Chaudet, lui aussi resté constamment à la lutte au-devant du peloton. Claude Watteyne, Bruno Destoop, Sébastien Grippon et Frédéric Morel suivent dans leur sillage immédiat. Un peu plus loin, Sosthène Rousseau se signale par l’obtention du meilleur tour en course.

De retour dans la « Cup », Christophe Michaud est douzième, tandis que parmi les nouveaux venus, Serge Kriknoff, également engagé en SportProtosCup, et Jean Vauléon sont à l’arrivée.

 

Le podium : 1.De Saeger; 2.Bourgogne; 3.Chaudet

 

 

 

COURSE SPRINT 2 : A MOREL LE DERNIER MOT

 

Le temps de « débriefer » cette première course, de redonner un second souffle aux mécaniques et arrive l’heure de reprendre la piste. Maxime Lieutenant, qui a pris le relai de David De Saeger, se montre le plus entreprenant au départ avec Frédéric Morel et Guillaume Patze. A mi-course, c’est à ce dernier que revient le privilège de mener les débats, mais une pénalisation de trente secondes pour un franchissement de la route de course à deux reprises après un avertissement ruinera ses efforts par la suite. Une sévère lutte s’instaure alors entre Frédéric Morel, Sébastien Grippon, auteur du record du tour, et Antoine Morisset, qui vont finalement rejoindre l’arrivée dans cet ordre, groupés en 8/10 de seconde. C’est dire si cela a été serré entre les trois hommes !

« La bataille était vraiment acharnée. Je me suis retrouvé plusieurs fois en tête, c’était assez extraordinaire », confirme Sébastien Grippon.

Quatrième, Claude Watteyne a préféré rester à l’écart des trois « furieux ». « J’essaye de ne pas prendre trop de risques dans les courses sprint, de ne pas me frotter de trop près à la concurrence… », reconnait l’expérimenté pilote belge.

Eliminé au bout de deux tours par la rupture d’une fixation de train arrière, alors qu’il pointait en cinquième position, Théo Bourgogne est le grand perdant de cette course 2.

 

 

Le podium : 1.Morel ; 2.Grippon ; 3.Morisset

 

 

ENDURANCE : LA VEINE DE WATTEYNE

 

Dimanche matin, on passe au plat de résistance ; la fameuse endurance de 40 mn avec passage obligatoire par la voie des stands. La meute lâchée, la course perd déjà deux de ses meilleurs éléments à la suite d’un accrochage entre Antoine Morisset, si brillant la veille, et Guillaume Patze. Devant, David De Saeger est le premier à dégainer, puis Frédéric Morel le relaie en tête. Le match est lancé ! Passée une brève neutralisation de la course, De Saeger récupère son bien juste avant de passer le volant à son équipier Maxime Lieutenant. Alors que la fenêtre des passages aux stands s’ouvre, Frédéric Morel est toujours là, à la lutte pour la première place, tandis que Sébastien Grippon, Claude Watteyne et Bruno Chaudet sont à l’affut.

Au-delà de la 25ème minute et des arrêts autorisés, la course reprend un ordre établi pour les cinq derniers tours. Leader, Frédéric Morel tient bon devant Bruno Chaudet et Sébastien Grippon, bientôt dépassé par Claude Watteyne. C’est alors que les évènements s’accélèrent. Frédéric Morel et Bruno Chaudet s’accrochent à deux tours du but. Le premier repart, tandis que le second, ralenti par une crevaison, plonge au classement. Claude Watteyne récupère ainsi le commandement devant Sébastien Grippon qui perd à son tour le bénéfice de sa belle prestation en vue du damier. « Mon arrêt avait été parfait et là, je casse un tirant de pont à un tour de l’arrivée. Je suis vert ! », peste le pilote de l’Oise.

Bien aidé par les mésaventures de ses camarades, Claude Watteyne conclut ainsi son week-end en vainqueur de l’endurance (et leader du classement général) devant Théo Bourgogne et Frédéric Morel. « Avec cette troisième place, je ne m’en sors pas trop mal », relativise ce dernier.

Derrière lui, suivent dans un mouchoir l’Auvergnat Jean-Claude Pommier, Thibaut Chiron, le tandem De Saeger/Lieutenant, Maxime Sonntag et Samy Dilmi.

 

Le podium : 1.Watteyne; 2.Bourgogne; 3.Morel

 

 

EN BREF

 

AU FEMININ. Seule fille en course dans cette manche de début de saison, Amélie Padovani a sagement rempli son contrat en rejoignant l’arrivée des deux sprints et de l’endurance.

MOTUL. Les Motul Awards récompensent traditionnellement un pilote méritant ou malchanceux. Au Castellet le trophée est revenu à Yohann Sadargues, contraint à l’abandon dans la première course sprint.

NOUVELLES GOMMES. Les Legends Cars sont désormais chaussées de pneus Dunlop badgés MRF, spécialement développés pour elles. Cette nouveauté s’accompagne d’un gain d’une seconde au tour, pas moins !

 

 

 

 

PODIUM DU GENERAL : 1.Watteyne; 2.De Saeger; 3.Morel 

 

 

 

 

Crédit photo: Photographe Harold Bilkey

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Partenaires


© Copyright 2015 LegendsCarsCup. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.


visit us